Kubilai Khan investigations
Yaguara

Teaser from Kubilai Khan on Vimeo.

Vidéo Silverprod/Pascal Fromage




Yaguara est une alimentation phantom ( accessoirement pousse-disques ) qui fournit une tension positive sur le signal du courant des musiques dansantes. Il cultive ses sons en injectant des piments de synthèse qui conduisent inévitablement à des coups de chauds. Yaguara ne se fournit pas chez les gros distributeurs et ne passe sur ses platines que des disques qui ne tournent pas rond, qui griffent et s’éloignent des planètes sonores trop balisées.

Il se peut que se dégage une certaine poésie électro-magnétique de ce phono-pillage, que son set s’échoue vers une crique où sommeillent de voluptueuses sirènes en mal de mascarades multi-colorées et d’ambiances chamaniques. Sous ses tropiques synthétiques, le courant déclenche souvent des tempêtes sonores, joyeuses et torrides avec des tempos très vifs qui s’adoucissent pour rendre la soirée encore plus moite pour danser comme des lianes.


# Black Music # Afro House # Nueva Cumbia # Electro Chalupe # Black Origami # Unclassifiable Recordings from Past, Présent & Future

Yaguara




Rencontre avec Frank Micheletti :
"Je me suis intéressé aux sons au cours de mes voyages en tournée. Je sortais mon enregistreur, je préférais ramener des sons plutôt que des images. Ensuite en rentrant, j’ai voulu accompagner ses Field Recordings (enregistrements de terrains) et j’ai commencé à jouer avec le son. J’ai attrapé le venin et la piqûre m’a poursuivi; maintenant ma relation avec la création sonore est une part très constituante de mes recherches. Excursions de plus en plus régulières et diversifiées, je passe quelques nuits sur des platines vinyles sous les traits de Yaguara.
C’est un grand plaisir que de faire danser les gens, je mixe des genres musicaux que j’ai eu la chance de découvrir sur place; spécialement deux aires géographiques m’attirent particulièrement pour la musique dansante, l’Afrique Australe et l’Amérique latine. Courants musicaux que l’on dénomme Afro-House pour l’un et Cumbia pour l’autre. Cet essor des musiques électroniques qui ne cessent d’inventer des genres nouveaux dévoile aussi les racines sociales de ses jeunes producteurs qui canalisent leurs énergies pour trouver place dans des sociétés aux fortes disparités. La version locale de la House Music en Afrique du Sud qui s’ appelait Kwaito et qui lançait la liberté retrouvée par les sud-africains avec l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela se démultiplie aujourd’hui sous différents noms : gqom , shanghaan électro, guzu. Ses sons sont totalement envoûtants, ils viennent toujours du ghetto et produisent une vibrante célébration des rythmes entre électro et musiques traditionnelles, Mix euphorisant entre sonorités organiques et rythmes électroniques. Sur un autre fuseau horaire La Cumbia qui est née en Colombie défoule les passions au Pérou, en Argentine, au Mexique et trouve sa place un peu partout dans le monde. Issu des veillées funèbres chez les esclaves à leur arrivée au 17 siècle, les Indiens des Antilles ont ajouté à la cumbia des flûtes puis lors de la colonisation les Espagnols apportèrent les paroles et la danse. La cumbia fait danser l’Amérique latine depuis plus de soixante ans, ne s’oubliant jamais; elle ne cesse de se réinventer en cumbia villera, andina, sonidera, en chicha, techno cumbia, Mash up cumbia … J’aime jouer ses sons car ils portent des histoires et des géographies plurielles, il relance le voyage de nos corps et de nos imaginaires. Ses musiques nous transforment en lianes multicolores et nous sortent un peu de nos têtes."



Frank Micheletti : Chorégraphe / danseur basé à Toulon, co-fondateur et directeur artistique de Kubilai Khan Investigations; il développe aussi une relation avec la création sonore. Excursions régulières et diversifiées, il vit des aventures de Sound Designer et passe des nuits sur des platines vinyles sous les traits de Yaguara. Collectionneur de ricochets, favorisant les dépossessions par intentions semi-troubles avec des explorations appelées « Collections secrètes » et « No Filter », il organise un cosmos dansant et sonore dans la rade toulonnaise; le festival Constellations. Guidé par une pensée géographique, il s’intéresse aux jungles de l’Occidentalisation et aime observer les transformations en cours dans l’espace urbain et regarde l’interconnexion des mondes comme une respiration. Corps urbain dans lequel il se permet de poser des séries de projets et des créations contextualisées qui enrichissent sa palette d’interventions. Plutôt que de vous lister ses créations, plutôt multiples, il se permet ici de s’épancher sur la disparition de la panthère longibande dite « panthère nébuleuse » et se console que l’univers poétique réserve encore des surprises. Il aime commencer et recommencer une action qu'il appelle petite danse. Si quand même vous voulez en savoir un peu plus, please do click here



Photo du haut Jean-Michel Blasco
 
Calendrier
22/6/2018 Yaguara, Liberté ville, Place du Globe, Toulon
12/4/2018 Supérette Chicago, Audio, Electron Festival, Genève, Suisse
5/4/2018 Soirée Jaguar, Chic Planète, Toulon
24/3/2018 The Back Door, Artdanthé, Théâtre de Vanves
23/2/2018 Je suis arrivé demain, Scène Nationale Les Salins, Martigues
19/1/2018 Tornada Tropical, Le Liberté Scène nationale, Toulon
16/9/2017 Tour Royale, Festival Constellations, Toulon
22/6/2017 Soirée Jaguar, Chic Planète, Toulon